Les répliques d'armes en mousse

Les répliques d'armes en mousse sont utilisées en jeu de rôle grandeur nature afin de simuler les combats...

Soumises à des règles d'emploi et de sécurité strictes, elles sont fabriquées de façon à ne pas blesser leurs utilisateurs dans le cadre des combats auxquels les joueurs, via leurs personnages seraient amenés à participer.

Il existe plusieurs types de répliques d'armes en mousse, correspondant, par leur apparence à des catégories historiques, mais aussi fantastiques.

S’il est possible de fabriquer une réplique d'arme en mousse soi-même (en respectant des critères de fabrication liés à la sécurité), il existe de nombreux revendeurs nombreux qui permettent, moyennant quelques pièces d'or, de se fournir en équipements très divers.

 

(Photo prise par S.G au stage d'escrime ludique de Jouy le Moutier)

 

I/ Un peu d'histoire

Dès le début du jeu de rôle grandeur nature, les participants cherchèrent des moyens de simuler les combats. Des tentatives plus ou moins sure furent expérimentées. On voyait alors fleurir des manches à balais vaguement recouverts de plastique adhésif, des tubes d'aluminium plus ou moins à nu et autres joyeusetés douloureuses et mal adaptées. Avec le temps apparurent ce que les plus anciens appelaient des épées boudins (épées fabriqués à partir de tubes de mousse isolante rigidifié avec du PVC). A l'époque, le scotch de déménageur était l'ami du joueur qui retapait tant bien que mal son épée endommagée sur le champ de bataille. Déjà des techniques de fabrication plus surent étaient échangées le soir lors des veillées au coin du feu.

Avec le temps les épées commencèrent à d’aplatir, avec notamment l'usage de tapis de sol taillé autour d'une âme en fibre de verre. La mousse restait fragile, et il convenait de prendre soin de son épée si on ne voulait ps qu'elle se déchire. Avec le temps est alors apparu, en provenance d’Angleterre le Latex. Un liquide qui, recouvrant la mousse, permettait à la fois de la protéger mais aussi de l'embellir. Peu à peu ces épées furent fabriquées à partir d'une mousse plus solide et plus dense aussi : le plastazot. 

A noter l'arrivée également sur le marché de répliques d'armes en mousse injectée, système de fabrication qui nécessitait des capacités plus industrielles que l’artisanat original.

A partir de cette évolution technique, les répliques vont s'améliorer au niveau esthétique, mais le concept de fabrication, lui, restera similaire.

 

II/ Les règles de sécurité

Si l'usage des répliques d'armes en mousse atténue les chocs lors d'un combat, elles nécessitent toutefois le respect d'un certain nombre de règles communément admises par la communauté.

  1. Les coups à la tête et au cou sont interdits.
  2. Les coups aux parties intimes sont interdits.
  3. Le corps à corps est interdit (jeux de mains jeu de vilains, pas touche). On se limite à l'utilisation des répliques d'armes prévues pour le combat. Pas de coups portés avec les mains ou toute autre partie du corps, pas de prises, de clefs ou quoi que ce soit qui implique un contact physique (a moins que les règles de jeu ne le prévoient de façon simulée)
  4. On retient ses coups. Taper fort n'augmente pas les dommages subis par l'adversaire.
  5. On ne frappe jamais d'estoc (coup de pointe) c'est extrêmement dangereux. Même les répliques d'armes d'hast simulant des lances ne devront pas être utilisées d'estoc (coup de pointe), ce qui en réduit, vous en conviendrez l'utilité.
  6. On surveille aussi bien les déplacements de son adversaire que les siens et on le prévient en cas de danger. En cas de situation dangereuse, on n'hésite pas à interrompre le combat et à le reporter dans une zone plus sûre.
  7. On surveille régulièrement l'état de son matériel. Pointes endommagées et mousse déchirée doivent faire l'objet d'une recherche attentive.
  8. Le bouclier sert à bloquer les attaques de l'adversaire et éventuellement à repousser son arme. En aucun cas il ne devra être utilisé pour frapper l'adversaire ou le pousser.
  9. Si votre personnage tombe Inconscient au beau milieu d’un combat, décalez-vous de quelques mètres pour ne pas risquer d’être piétiné (profitez des quelques secondes pendant lesquelles vous simuler la douleur avant de tomber Inconscient). Surveillez ensuite l’action du coin de l’œil et rampez un peu plus loin si les combattants s’approchent dangereusement.
  10. On ne profite pas de la légèreté d'une réplique d'arme pour multiplier les coups (coups mitraillettes)

Le combat est donc une simulation ou l'on ne se frappe pas fort, et ou les protagonistes jouent la douleur, les impacts (cris de douleur, recul)

III/ L'entretien des répliques d'armes

Les répliques d'armes étant conçues pour ne pas faire mal, elles sont donc molle et plus fragiles qu'une arme réelle. Mieux vaut en effet que ce soit la réplique qui se brise plutôt que le joueur adverse.

  1. Une réplique d'arme en latex doit être talquée régulièrement, à moins qu'elle ne dispose d'un système de lubrification différent : silicone, vernis plastifiant…En l'absence elle va vite coller.
  2. Une réplique d'arme en mousse ne doit jamais reposer sur la pointe.
  3. Il est possible de protéger une réplique d'arme en mousse avec du silicone en bombe. Ce produit est vendu pour l’entretien des tableaux de bord de voiture.
  4. Lorsque deux répliques d'armes se croisent et sont coincées (ça arrive avec les haches), on ne force pas, on les dégage avec gentillesse.
  5. On ne laisse pas son armement au grand soleil ou sous la pluie.
  6. On ne passe pas son épée dans sa ceinture mais dans un fourreau adapté.
  7. On évite d’empiler les répliques d'armes en latex surtout si elles ne sont pas talquées (elles finissent par coller ensemble). On préfère les stocker verticalement en laissant reposer sur le pommeau (et non sur la pointe.
  8. On fait attention à ne pas taper les objets durs, râpeux, pointus : sol, murs, épines, etc… On fait attention quand on se déplace à ce que la pointe ne traîne pas par terre, ne frotte pas les escaliers, les murs, etc… On fait particulièrement attention aux buissons, aux ronces, etc… Un petit accroc dans le latex et c’est le début de la fin…
  9. On ne tape pas comme un sourd. Quand on pare, le choc fait éclater la mousse entre les deux tiges. C’est ce qui abîme le plus les répliques d'armes en mousse.

 

IV/ La vérification d'une réplique d'arme en mousse

Avec le temps, les répliques d'armes en mousse finissent par s'abimer. Il est donc important de vérifier votre matériel avant de partir en GN. En l'absence de vérification, vous risquez d'avoir de mauvaises surprises, les organisateurs étant intransigeants lors des vérifications de sécurité avant jeu. Ces vérifications doivent également avoir lieu pendant le jeu.

 

  1. Vérifier la résistance de la mousse. La mousse doit être dure pour pouvoir amortir les chocs en absorbant l’énergie des coups. Si la mousse se délite et devient trop molle, vous sentirez la tige sur les coups appuyés. La mousse peut aussi durcir. Bref, on tâte.
  2. Vérifier la pointe. C’est souvent par la pointe que la mousse se déchire (ou niveau du bout de la tige). SI la pointe fait un pli quand on la tord, c’est qu’elle est déchirée sous le latex. Si le reste de la lame est en bon état il est possible de ne refaire que le bout.
  3. Vérifier que la mousse n’est pas déchirée dans le sens de la longueur ou décollée de la tige. Avec les deux mains on exerce un mouvement de torsion (« en vrille ») sur la lame et on regarde si la mousse reste solidaire de la tige.
  4. Vérifier que la garde ne tourne pas autour de la tige.
  5. Vérifier que le manche (la poignée) ne tourne pas autour de la tige.
  6. Est-ce que le manche est bien solidaire de la tige. Prendre l’arme par le manche et la secouer, pour voir si ça bouge (souvent ça grince en plus).
  7. On vérifie que le pommeau tient bien.

 

Si votre répliques d'arme en mousse est endommagée, vous pouvez tenter une réparation, une re fabrication, ou peut-être est-il temps de s'en procurer une nouvelle.

V/ Les différents types de répliques d'armes en mousse

  1. Les épées    
    Longues, courtes, batardes, à deux mains, sabres, et même katanas, elles sont de type et de formes très différentes. On en trouve avec des apparences historiques ou fantastiques (épées elfiques, orque)
  2. Les bâtons   
    Accessoires souvent détenu par les lanceurs de sorts ou religieux, le bâton peut se révéler une arme redoutable quand on sait la manier du fait de son allonge.
  3. Les masses  ou marteaux
    Les nains les apprécient beaucoup. Attention toutefois selon leur méthode de fabrication. En cas de forte humidité, la mousse absorbant l'eau, ce type de réplique peut se révéler dangereux.
  4. Les haches 
    Elles sont fabriquées comme une masse, sauf qu'une lame est fixée au bout du manche. Que vous jouyez un bucheron ou un combattant, une hache peut être une alliée redoutable
  5. Les couteaux          
    Les dagues sont rarement utiles en combat, sauf pour achever les blessés, mais les assassins en raffolent.Attention, il existe deux sortes de dagues. Les dagues classiques, et les dagues de lancer. Les dagues de lancer sont faites exclusivement de mousse et ne comportent aucune partie rigide. Ne lancez jamais une dague classique, vous pourriez faire mal a votre adversaire avec la garde.
  6. Les armes d'hast  
    Ils s'agit de répliques d'armes longues. Encore assez rares, ce sont surtout des équipements de décors. lorsqu'on les retrouve sur le champ de bataille elles se révèlent encombrante du fait de l'impossibilité de frapper d'estoc (avec la pointe). Dans un espace dégagé, elles peuvent toutefois revêtir un intérêt similaire au bâton, du fait de leur allonge. 
  7. Les armes de jet. Les arcs ou arbalètes sont souvent utilisées en GN. Attention toutefois à la, puissance de votre arc, et a la fabrication de vos flèches qui doivent ne pas pouvoir blesse votre adversaire. 

 

 

 

 

Connexion