FT 100 - Les règles de sécurité en Airsoft

En airsoft, comme dans de nombreuses activités présentant un risque, même mineur, la sécurité peut  se baser sur le modèle de Reason (1997), dit du gruyère.

Le principe est simple. Une tranche de gruyère représente une règle de sécurité. Le facteur humain (l’erreur volontaire ou non) est représenté par un ou plusieurs trous dans ce gruyère. L’alignement de plusieurs tranches de gruyère permet de faire en sorte que si une erreur est faite (la bille, pour le coup, passe par le trou), elle est arrêtée par la tranche suivante. Et ainsi de suite. L’accident a lieu si les trous sont tous alignés. Le risque est donc plus grand si il y a une ou deux tranches, moindre si il y en a 5 ou 6…

 

 

En matière d’airsoft plusieurs règles de sécurité sont communément admises (cette fiche n’abordera pas les contraintes liées à la sécurité sanitaire) :

1/ Le port de lunettes aux normes adaptées à la pratique de l’activité. Il existe à ce sujet une étude réalisé par l’ANAS en collaboration avec la FédéGN. Ces lunettes doivent être portées en permanence, même en zone neutre sauf si d’autres règles strictes sont appliquées.

Airsoft et protections occulaires

Les trous dans le gruyère de cette règle de sécurité des plus courant sont :

-          - La lunette pas au norme qui casse (genre on joue avec des lunettes de bricolage

-          - On enlève ses lunettes a cause de la buée

-          - On a enlevé ses lunettes car on se croyait dans une zone sure

-          -  Les lunettes sont mal ajustées et tombent lors d’une action physique

Cette règle de sécurité dépend finalement du joueur lui-même. La jurisprudence a d’ailleurs démontré que si le joueur enlevait ses lunettes et était blessé, la responsabilité de l’organisateur ne pouvait être engagée.

La FédéGN précise que les masques grillagés ne sont pas adaptés à la pratique de l’airsoft, certaines billes pouvant éclater à l’impact et s’insinuer entre les mailles de la grille.

2/ la neutralisation de la réplique

Cette règle peut être partagée en plusieurs sous sécurités  selon le type de réplique concerné.

-          - Le sélecteur de tir est sur « sécurité »

-          - Le chargeur est enlevé

-          - La batterie pour les alimentations électrique est enlevée

-          - Le détenteur s’est assuré qu’aucune bille n’est restée dans le canon

L’application de ces règles dépends à la fois du sérieux des autres joueurs, et du contrôle exercé par les organisateurs.

Une réplique dès que l’on est plus dans une phase de jeu ne doit pas être opérationnelle. Si l’on peut appliquer la règle « toujours considérer une réplique comme chargée » il apparait que cette série de règles liée à la neutralisation d ‘une réplique ne suffit pas, certains joueurs pouvant se révéler « distraits » notamment quand la fatigue de la journée commence a s’accumuler.

3/ la manipulation d’une réplique

Dans le cadre de la manipulation d’une réplique dans une zone neutre, notamment pour un rechargement, les règles suivantes sont à appliquer :

Règle N°1 : Considérer votre réplique comme étant toujours chargée.

Règle N°2 : On ne pointe jamais sa réplique vers un autre joueur en dehors des phases de jeu.

Règle N°3 : L’index est hors du pontet tant que les organes de visée ne sont pas sur la cible.

Règle N°4 : S’assurer de sa cible avant de tirer (cette règle est également valable en partie pour éviter les teams kill). De ce fait le tir dit « à la libanaise » (tir à l’aveugle) est proscrit.

4/ La mise en place de bouchons  ou chaussettes héritées du paintball.

Cette règle de sécurité, communément pratiquée en paintball, est moins présente en airsoft. Elle permettrait toutefois de bien sécuriser les zones neutres. Il ne s'agit pas des bouchons oranges vendus avec les répliques longues, mais de sortes de chaussettes qui viennent s'enfiler sur le canon d'une réplique et sont maintenue attachés à celle-ci grâce à un élastique. L’intérêt de cet équipement est de permettre à chaque organisateur de vérifier le fait qu'une réplique est sécurisée d'un simple coup d’œil.

Les répliques de poing, quant à elle, ne doivent pas être sorties de leur étui dans les zones neutres ou sécurisées.

 

 

5/ L’aménagement des différentes zones

Les organisateurs se doivent d’aménager des zones clairement définies (zone de réglage des répliques et de vérification des puissances, zone neutre (ou de repos), zone sécurisée (en général les parkings et le lieu où les joueurs se changent)). Le non-respect des règles de sécurité dans ces zones doit amener une réponse immédiate de l’organisateur s’il souhaite rester crédible vis-à-vis des joueurs

6/ le balisage

Si le joueur est en général au courant des règles, il n’en est pas de même pour le promeneur. Il est donc important de baliser, voire clôturer les accès à votre terrain. Vous pouvez vous inspirer de cette affiche partie d'airsoft en cours

Le balisage s’applique également pour signaler les zones dangereuses d’un site. Dans cette optique, la rubalise est votre amie car communément considérée comme signalant une zone de danger ou une zone interdite.

7/ le transport d’une réplique

En dehors du jeu, une réplique se transporte emballée dans une sacoche adaptée. Cela évite notamment les déconvenues avec les autorités. Attention, certaines préfectures réglementent le port ou le transport de répliques. Vous en trouverez la liste ici dans la page consacrée à la législation s'appliquant à l'airsoft

Un document global a été édité par la FédéGN à la demande de son assureur. Les règles évoquées sont incontournables pour pouvoir prétendre à une couverture en cas d’accident : Règles de sécurité airsoft V1

 

Connexion