Le paintball

1- Historique

Le paintball est né d’une technologie qui permet de propulser, entre 10 et 50 mètres en tir en cloche, des billes faites pour s’écraser sur une cible. Les billes sont remplies d’un colorant alimentaire qui « marquent » leur cible. Le terme « marqueur » pour désigner les lanceurs est donc approprié.

Les premiers lanceurs furent utilisés par les éleveurs australiens pour marquer le bétail dans les années 1970. La légende urbaine veut que le paintball soit né d’un éleveur qui aurait « marqué » son camarade au lieu du mouton visé. À la fin des années 1970, des tournois opposaient alors des ranchs voisins afin de faire décompresser les hommes. Puis la Nouvelle-Zélande fut « touchée », avant d'arriver aux États-Unis, où les lanceurs pour marquer le bétail furent exportés en 1979.  

 

 

Sous forme de jeu à proprement parler comme on le connaît aujourd'hui, il s'est tout d'abord développé aux États-Unis. Le premier tournoi a été organisé le 27 juin 1981. Il est alors connu sous le nom de National Survival Game aux États-Unis, et Skirmish Games en Australie, mais y est dès 1984 désigné sous le nom de paintball par les fabricants dans les boutiques de jeux et sport, et parfois même dans les supermarchés. Cette activité est arrivée en Grande-Bretagne à la fin des années 1980, puis en dans le reste de l'Europe au début des années 1990, sous l'influence entre autres de séminaires de motivation d'entreprise ou de jeu de rôle grandeur nature.

 

 

En France, le paintball est arrivé dans les années 1985-90 sous la forme américaine du survival game. Les premiers paintballeurs ont été des joueurs de jeux de rôles, et surtout des pratiquants du jeu Grandeur Nature qui avaient besoin de cette technologie pour simuler les armes de jet. Nous avions déjà des épées en latex ou des bricolages perso pour faire de respectables armes d’hast et d’estoc, mais il manquait l’arme de jet sans danger. Le jeu se révèle extraordinairement tactique et est un excellent sport d'équipe très riche en interactions et en sensations. Il présente par ailleurs l'avantage d'être très complet en demandant un large panel de compétences (fair play, cohésion d’équipe, communication, adrénaline).

 

 

Au paintball on évite de parler d’armes et on ne tue pas un adversaire. On essaye d’avoir le langage appropriée afin de changer l’image qu’à le public de notre activité. Parce qu’encore aujourd’hui, le paintball souffre d’une mauvaise image de personne se faisant la guerre et se tuant avec des fusils de paintball, il n’y a qu’à lire la presse.

 

NB : Le paintball est différent de l'airsoft qui se pratique avec des répliques d'armes et des billes dures de plus petit calibre (6 mm) contre 17,3 mm pour le paintball. Cependant ils restent assez proche en terme de jeu et peuvent très bien se pratiquer sur les mêmes terrains.

 

 

 

2- Les styles de jeu

La pratique basique du paintball consiste à « marquer » un adversaire avec un lanceur de billes de peinture. Il faut que la bille éclate sur la cible, lançant ainsi apparaître une tache de peinture. Il existe toutes fois des scénarios divers et variés avec des thèmes imposés et des objectifs propres à chacun. Pour faire simple, il y a 3 grandes pratiques du paintball.

 

Le paintball sportif, qui se joue en 5 vs 5 ou 3 vs 3 sur un terrain gonflable appelé airball. Il faut appuyer sur le buzzer dans le camp adversaire le plus rapidement possible, tout en sortant au maximum l’équipe adverse.

 

 

Le paintall loisir, ainsi appelé recball ou woodsball (pour le jeu en forêt). Le but est d’éliminer la totalité de l’équipe adversaire en les marquant avec les billes de peinture. Il y a une multitude de variantes qui n’ont que l’imagination des organisateurs comme limite. Par exemple on peut avoir le scénario du « président » qu’il faut escorter vers un lieu sans se faire éliminer, l’attaque/défense d’un point donné et encore bien d’autres.

 

 

Le milsim ou simulation militaire. Il est de base comme le paintball loisir mais il offre en plus un coté immersif et des plus réels. Il a ses propres règles et ses propres scénarios. Un petit exemple, si vous êtes touchés sur le lanceur, celui-ci devient inutilisable, pareil pour un membre du corps sauf si un médecin vient vous « soigner ». On peut noter également un dress code particulier, avec des rôles définis (médecin, éclaireur, assaillant, etc…), un nombre maximum d’emport de billes.

 

 

3- Les équipements et protections

Voir la Fiche Technique 98

4- La legislation

Voir la Fiche Technique FT…

5- Les scénarios

Voir la Fiche Technique

6- Le Lexique du Paintball

Voir la Fiche Technique 112

7- La FAQ du Paintball

Voir la Fiche technique 99 sur les fausses idées du paintball

8 - Le Paintball et les mineurs

Voir la Fiche Technique 101