FT 095 - La gestion de l'alcool en GN

Outre l'aspect légal de l'ouverture d'un débit de boisson abordé dans la fiche technique 91, il est important de savoir à quoi s'attendre lorsqu'il y a de l'alcool sur un GN. Le coût humain et financier de l'alcool en France est considérable. Les victimes sont nombreuses et les dangers bien réels (accidents de la route, maladies, dépendance..). Les consultations d'alcoologie sont débordées. Le GN n'est pas à l'abris des excès constatés dans notre société. Sachez toutefois qu'en cas de distribution d'alcool sur un GN, votre responsabilité peut être engagée. En effet, la jurisprudence insiste actuellement sur la responsabilité de celui qui a servi des boissons alcoolisées lorsque le consommateur provoque un accident.

 

Les effets de l'alcool

À consommer avec modération

> Donner des repères sur les effets de l'alcool et sur les normes de consommation modérée.

o Effets et risques. En partant des représentations de chacun, on mettra en évidence l'ambiguïté des termes de modération et d'abus. L'alcoolisation définit le simple fait de consommer de l'alcool, sans aucun jugement de valeur. La perception d'une alcoolisation socialement correcte ou non, de la notion de modération, et encore plus du seuil de l'abus, varie beaucoup selon l'environnement culturel, social, familial : du «jamais d'alcool » jusqu'au « tant qu'on tient le coup ». L'alcool est loin d'être un produit anodin. La notion d'abus s'apprécie en fonction du risque considéré. À partir des données du documentaire, on demandera d'identifier les dangers à court et à long terme en les mettant en lien avec les effets du produit.

- Effet toxique: la dose dangereuse peut être rapidement atteinte (coma, malformations foetales) et l'usage excessif au long cours entraîner des pathologies graves (cancers, cirrhoses...).

- Effet psychotrope: l'alcool modifie comportements et émotions (violence, accidents...).

- Effet addictif (dépendance ou alcoolisme).

o Les normes maximales. On définira l'abus par rapport à la quantité d'alcool ingérée. Ceci permet de donner des repères clairs sur la quantité d'alcool que l'organisme humain peut éliminer sans trop de dommages pour la santé. Des doses limites ont été définies par l'Organisation mondiale de la santé. Elles sont pour la plupart citées dans le film :

- pour un homme, pas plus de 3 verres standard par jour (maximum 21 verres répartis sur la semaine)

- pour une femme, pas plus de 2 verres par jour(maximum 14 verres standard répartis sur la semaine)

- un jour par semaine sans boisson alcoolisée ;

- pas plus de 4 verres lors d'une fête ou d'une sortie, répartis sur plusieurs heures.

 

Un verre standard contient 10 grammes d'alcool pur. Cela correspond à la dose servie dans un débit de boissons. À domicile, les doses servies sont généralement bien supérieures. La notion de verre standard est essentielle pour évaluer la consommation réelle d'une personne. Elle permet lors d'une fête de savoir exactement ce que l'on a consommé. Un verre standard, soit 10 grammes d'alcool pur, entraîne une alcoolémie de 0,25 grammes en moyenne.

 

1/ Les mineurs

Quelques données à connaître

 

À 17 ans...

56% des jeunes déclarent avoir été ivres au cours de leur vie,

49% au cours des douze derniers mois, 10% au moins 10 fois sur la même période.

45% disent avoir bu plus de 5 verres au moins en une occasion au cours des trente derniers jours, 2% disent l'avoir fait au moins 10 fois sur la même période.

Ces alcoolisations, qui dépassent nettement les normes OMS, concernent plus souvent les garçons que les filles : 56% de garçons.

À 17ans, les jeunes consomment surtout le week-end, entre amis, mais aussi avec les parents, plus souvent à domicile que dans les boîtes, bars, restaurants.

15% disent avoir consommé dans un lieu public : rue, parc...

Les consommations solitaires sont rares.

L'usage régulier d'alcool est en baisse depuis 2003.

Les ivresses régulières (au moins 10 dans l'année) apparaissent en hausse de 3%.

 

Source : Enquête nationale ESCAPAD 2005 (enquête sur la santé et les comportements lors de l'appel à la préparation à la défense).

La vente à emporter de boissons alcoolisées aux mineurs de moins de 16 ans est strictement interdite en France. L'application de cette interdiction concerne tous les types de revendeurs, associations comprises.

Si vous avez des mineurs sur un GN, le plus simple est de ne pas y distribuer d'alcool.

 

2/ Distribuer de l'alcool

Outre les contraintes légales liées à la mise en place d'un débit de boisson temporaires, la gestion de l'alcool est en général quelque chose d'assez compliqué. Les boissons alcoolisées sont en général assez chères et peuvent peser sur un budget. Par ailleurs, en cas d'abus, les problèmes peuvent être légion (du simple désagrément à l'accident grave). Cf la fiche technique sur l'ivresse publique et manifeste ( N°42)

Le Gn est une activité ludique qui se suffit à elle-même. Il n'est donc pas nécessaire d'ajouter l'alcool comme élément d'amusement.

Quoi qu'il en soit, les traditions locales sont souvent pesantes...Vous pouvez limiter la distribution d'alcool aux repas dans la mesure ou les boissons ne sont pas en libre service. L'objectif est que les quantités ingurgitées par chaque personne soient sans risques et que personne ne puisse récupérer les boissons non bues...

 

3/ lorsque les joueurs amènent leurs propres boissons :

Soyez clair avec les joueurs qui s'inscrivent quand à vos décisions concernant l'alcool (autorisé, toléré, interdit). Et n'hésitez pas à agir si certains agissent en contrevenant à vos consignes. En effet, si un accident lié à de l'alcool survenait, alors que vous étiez au courant que votre interdiction n'a pas été respectée, et que vous n'avez rien fait, vous risquez les mêmes ennuis que si vous aviez distribué vous-même cet alcool.

4/ Quelles mentions sur la fiche d'inscription

 Il est clair que votre position vis-à-vis de l'alcool est à préciser sur la fiche d'inscription et / ou dnas la lettre d'intention, afin que les joueurs doivent vous renseigner, et incluse dans vos règles de jeu. Une mention telle que :

 "Toute personne en état d'ébrieté se verra immédiatement exclue, sans aucun droit à remboursement" à la mérite d'être claire. Vous pouvez également mettre , «  l'organisation interdit la fourniture d'alcool par les joueurs. Seules les boissons fournies par l'organisation seront autorisées sur le jeu ». Cette dernière mention n'est bien entendu valable que si la fourniture de boissons est incluse dans la participation aux frais.

5/ Les rôles d'alcooliques

Il se peut que, dans le cadre du jeu, vous ayez à interpréter un rôle d'alcoolique. Veillez en ce faisant à ne pas vous mettre en danger, et à éventuellement lever tout doute au cas ou un joueur prendrait votre interprétation trop au sérieux.

6/ Les apports personnels

Enfin, il arrive que des joueurs désirent boire un verre en GN. C'est à vous de veiller que ce soit en quantité limitée et sans débordements. En effet il arrive parfois que les joueurs emmène des quantités astronomiques d'alcool pour eux même et n'aient pas besoin de puiser dans votre stock pour pouvoir atteindre l'état d'ébriété. Nous vous conseillons donc de faire le tour des campements avant et pendant le jeu afin de pouvoir repérer les personnes ayant ce potentiel et de leur adresser un avertissement amical pour leur rappeler qu'ils sont là pour s'amuser et non pour participer à une beuverie"

 

Pour en savoir plus

Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie

Association nationale de prévention en alcoologie et addictions

Observatoire français des drogues et toxicomanies

Institut national de prévention et d'éducation pour la santé

Mise à jour SG 26/05/2020

 

Connexion